Que retenir du Conseil communal du 21 octobre 2013 ?

Le dernier Conseil a été l’objet de discussions importantes. Citons la situation financière dégradée, les licenciements au CPAS, la cohésion sociale problématique, le plan logement, l’absence de participation à la Semaine du commerce équitable etc.

Publié le mardi 19 novembre 2013

Dès le 3e point de l’ordre du jour, le ton est donné : la majorité MR et Cdh doit présenter une modification budgétaire en déficit de 697.000 €. Un record ! La situation financière ne cesse de s’aggraver. Cela fait des années que nous tirons la sonnette d’alarme et que nous réclamons un plan pluriannuel permettant de rétablir l’équilibre de façon transparente et avec des objectifs clairs.

Mais la majorité a préféré poursuivre la politique du coup par coup en s’engageant même dans de nouvelles dépenses (acquisition de la Salle Braham …).

Après les licenciements du printemps principalement à l’échevinat des travaux (géré par le Cdh), après avoir supprimé le service des titres-services l’été venu, voici que Messieurs Neven, Lejeune, Kariger, Aussems … viennent de licencier les 7 aides ménagères du CPAS (aussi géré par le Cdh) et 3 autres personnes supprimant par la même occasion un service d’aide aux personnes important pour les familles qui en bénéficiaient.

Nous ne pouvons qu’être choqués par le choix des économies qui pèsent sur les plus faibles de notre société !

A noter qu’Ecolo avait demandé que le Conseil puisse discuter de l’étude sur la situation financière de la commune. Vous vous rappellerez que l’opposition PS-Ecolo avait obtenu en avril que le Collège demande la réalisation d’une telle étude. Malheureusement, au lieu de demander que le Centre Régional d’Aide aux Communes, le CRAC, se charge de ce travail conformément à ses missions, le Collège a préféré faire désigner l’ex-directeur de cet organisme. Résultat : toujours rien ! Pas même un début d’analyse …

Autre point important : le Plan de cohésion sociale (subsidié par la Wallonie) a été adopté à l’unanimité, même si les actions proposées manquent d’ambition au regard de la situation visétoise. L’Institut wallon de l’Evaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) a établi des « indicateurs d’accès aux droits fondamentaux » qui mesurent le niveau de cohésion sociale de chaque commune wallonne. Et … il faut relever que la commune de Visé est très mal classée : 194e sur 254 ! Visé n’est dans la moyenne wallonne que pour le droit à la formation tandis qu’elle est en-dessous de la moyenne pour tous les autres indicateurs et particulièrement pour le droit à un revenu digne, le droit à la protection de la santé et à l’aide sociale, le droit à un logement décent et à un environnement sain et le droit au travail … Ainsi, cela confirme ce que nous avons plusieurs fois soulignés : la situation sociale et environnementale de Visé est mauvaise. Et malheureusement, la majorité n’a à cet égard ni vision ni projet de changement. Pas de politique globale, acceptation de projets porteurs de nuisances et de pollution, réduction des moyens d’action du CPAS, etc.

Le programme communal d’actions en matière de logement, le plan d’ancrage 2014-2016, a également été adopté. Le Collège ne proposait qu’un seul projet : l’acquisition de 30 logements par la Régionale Visétoise d’Habitations dans le cadre du projet d’urbanisation de la Wade. Celui-ci permettra d’augmenter le nombre de logements mais avec une réduction du nombre de logements sociaux qui passeront de 62 à 30 dans la zone concernée. Sachant que le schéma global d’urbanisation prévoit la réalisation d’un éco-quartier, Ecolo a souligné qu’il faudra être attentif tant à la mixité globale des logements - y compris pour ceux qui seront vendus ou loués par le promoteur - qu’au respect des prescriptions de construction notamment en matière d’énergie et d’éco-matériaux. Ecolo a aussi demandé que le nombre de logements adaptables aux personnes à mobilité réduite soit porté de 2 à 10 dans le respect de la Circulaire du Ministre Nollet.

Enfin, sur proposition du conseiller Ecolo, 2 projets ont été ajoutés :

  1. 1. Opération de prise en gestion de 10 logements appartenant à des propriétaires privés par la RVH (ou une AIS) - subvention demandée pour effectuer des travaux de rénovation de ces biens avant de les mettre en location : 50.000 €
  2. 2. Projet de 6 logements acquisitifs via la création d’une "Community Land Trust", celle-ci permettant en l’occurrence d’acquérir et rénover le Château Saroléa à Cheratte. La mixité des ménages serait assurée dans le projet. Une partie du parc serait collectif afin d’assurer la mixité des fonctions. Lorsque la création d’une "Community Land Trust" est prévue dans le plan ancrage, la Région peut accorder une subvention pour les frais d’études spécifiques liés au montage du projet, une subvention pour l’acquisition du terrain ou du bâtiment et une avance pour la rénovation des logements. Et précision importante, ce dispositif peut fonctionner tant pour un achat que pour une expropriation. C’est donc une occasion à saisir pour tenter de redonner un avenir à l’ancien Château Saroléa. A la suite de cette décision de principe, restait au Collège et à la RVH la tâche de finaliser ces 2 fiches projet afin de les transmettre à la Région. L’ont-ils fait ? A suivre !

Pour terminer le Conseil, 3 questions ont été posées par Ecolo au Collège :

  • La Ville de Visé a-t-elle participé à la Semaine du Commerce équitable (comme elle le faisait précédemment) ? Si oui, sous quelle forme ? Quelle est l’évolution des achats de produits du Commerce équitable au sein de l’administration communale ? Réponse de l’Echevin P. Willems : rien n’a été fait mais la porte n’est pas fermée pour l’an prochain. En ce qui concerne les achats équitables, les échevinats continuent à acheter du jus d’orange et du café ; ces achats sont probablement en croissance mais aucun chiffre ne peut être donné ( ?!!!).
  • Quel est l’état d’avancement de l’enquête décidée par le Conseil communal du 25 mars 2013 relative aux invendus alimentaires consommables (à l’initiative d’Ecolo) ? Quels en sont les résultats ? Quels sont les projets du Collège ? Réponse de S. Kariger : l’Agence de Développement Local (ADL) a transmis le questionnaire proposé par Ecolo en mars à 2 moyennes surfaces visétoises. L’une des 2 transmet déjà ses invendus alimentaires à St-Vincent de Paul, l’autre prétend avoir très peu d’invendus (3 ou 4 boîtes tous les 15 jours) et être disposée à travailler avec le CPAS. Selon l’échevin du commerce, les autres commerçants n’ont pas été interrogés car ils n’auraient pas d’invendus : par ex, les boulangers congèlent leurs pains pour les revendre mais, selon les règles de l’ASCA, ne peuvent céder leurs pâtisseries non vendues en fin de journée. Petit commentaire : le Collège n’a que très partiellement respecté la décision du Conseil. De plus, il n’a annoncé aucune action. La problématique ne semble guère les intéresser. Peut-être, faudra-t-il revenir sur le sujet …
  • Question d’actualité : à Loën, les arbres longeant la Rue des Trois Fermes ont été sauvagement taillés par l’agriculteur exploitant le champ voisin (et … un poulailler industriel). Les couronnes côté champ de 16 érables champêtres et 6 érables planes ont été arrachées. Quelle est la réaction de la Ville ? Réponse de L. Lejeune : un PV de police a été dressé et l’agriculteur reconnaît les faits. Il devra dédommager la commune : plusieurs arbres sont irrécupérables et les autres nécessiteront des interventions du Service des plantations pour tenter de les sauver.

Qu’on se le dise : le prochain Conseil communal qui discutera notamment des taxes déchets et des additionnels au Précompte immobilier et aux Impôts sur les revenus (IPP) se tiendra le lundi 25 novembre à 20 h 30 à l’Hôtel de Ville.

Martial Mullenders

Conseiller communal